XXIVe Edition du Challenge Vaquerin

 

Un bilan sportif positif

 

Une fois de plus, le Challenge Vaquerin qui se positionne dans le calendrier à quelques journées des reprise des championnats de Top 14 et de Pro D2 s’est révélé être un parfait laboratoire pour les coachs des équipes en présence. Certes, il faut accorder une importance relative à un match amical mais il donne des tendances révélatrices des possibilités des équipes en présence. 

Dès la 1ere journée, l’ASBH qui s’est incliné18-22 face à Nevers sur la pelouse de Lacaune a pu mesurer que le promu ne serait pas qu’un faire-valoir dans le championnat 2017-2018. Bien que battus par l’USNO, les biterrois avaient attaqué la première période de la meilleure des façons en monopolisant le ballon et en pratiquant un rugby ou l’esprit collectif avait perturbé l’adversaire du jour. Des vertus qui se sont délités quelque peu en 2e période, ouvrant la porte à l’enthousiasme des joueurs de Nevers qui semblent armés pour jouer les troubles fêtes cette saison. Les turn over pratiqués sont certainement à l’origine de cette baisse de régime mais David Aucagne et David Gérard y auront certainement trouvé des enseignements intéressants avant la 1ere journée de Championnat.

La 2e rencontre opposait Castres à Agen. La victoire des poulains de Christophe Urios (49-26) bien que lourde reflète bien la domination tarnaise. Pourtant c’est Agen qui avait ouvert le feu pour mener 19 à 7 après 36 minutes de jeu. La suite donna raison au CO avec 6 essais à suivre de la 40e à la 79e. Une guirlande d’essais qui pesa sur le mental agenais. Malgré leurs bonnes intentions, ils  devaient s’incliner. Pour Philippe Sella, « le SUA avait montré des choses intéressantes que l’organisation tarnaise n’avait pas permis de concrétiser mais il y avait dans ce match des motifs encourageant pour assurer le maintien ».

2e journée à Saint Affrique. En match d’ouverture, Aurillac habitué à jouer les premiers rôles en Pro D2 était opposé à Albi relégué en Fédérale 1 mais qui avait fini la saison passée en boulet de canon. Sur la lancée, les tarnais ont donné du fil à retordre aux « cantalous » ne s’inclinant que 21 à 14. Albi aura certainement un rôle important à jouer en Fédérale 1 alors que pour Aurillac on en était encore au stade de la découverte et de l’expérimentation.

Avec Montpellier – Newport pour la 2e journée on montait d’un cran et la victoire des hommes de Vern Cotter 40 à 15 ne souffrait aucune contestation. Pourtant Newport s’était envoyé avec beaucoup d’envie dans le combat et en défense. La faute certainement à l’impossibilité de perforer au moment de conclure.  Le MHRC pourra aborder la reprise du championnat l’esprit plus serein même si en deuxième période des choses ont laissé à désirer. Pour Newport, il va falloir travailler.

3e Journée à Rodez. Pour la première fois depuis sa création le Challenge posait ses valises à Rodez. Ce fut une réussite populaire et sportive dans le coquet stade Paul Lignon.

La première rencontre opposait les ruthénois à Tarbes. Un match de fédérale 1 gagné à la 77e minute par les pyrénéens 21 à 19. Tarbes doté d’une équipe au physique triple XL imposait sa puissance dans les dernières minutes. Pourtant le SRA (Sporting Rugby Aveyron) menait 19-10 à la pause. Les hommes d’Arnaud Vercruysse s’évertuant à faire courir le ballon et à déplacer le jeu. Les ruthénois auront certainement de bonnes raisons de s’enthousiasmer cette saison et ont gagné l’estime de leur public par leur courage et leurs intentions. Pour les Tarbais ou l’effectif a connu l’élite à l’image de la paire de demis Claverie- Vergallo, ils ont des armes pour jouer les tous premiers rôles.

Castres – Sale Sharks était un peu le plongeon dans l’inconnu. On avait vu le CO brillant face à Agen lors de la 1ere journée alors que l’on savait peu de choses sur Sale. Leur victoire 31-14 aura dépoussiéré ce sentiment. Menant à la marque à la pause 14 à 7, les anglais inscrivaient 3 nouveaux essais en deuxième période en s’appuyant sur des contres portés par les lévriers de compétition de la ligne de trois quart qui ont surpris les castrais. Le CO regrettera certainement que sa débauche d’énergie n’ait pas été mieux récompensée mais la succession de ballons portés très bien engagés n’a jamais abouti en raison de ballons tombés ou mal exploités en fin de parcours. De plus, Sale s’est imposé une séance de plaquages qui en disent long sur leur motivation. Christophe Urios va devoir remettre de l’ordre dans la maison pour aborder le championnat  afin d’être plus efficace. Suivre les performances de Sale permettra de savoir s’il y a confirmation.

Le staff du Challenge peut s’estimer heureux du plaisir pris par le public et a déjà pris les premiers contacts pour une XXVe édition qui devrait être de haut niveau.